10 choses à ne pas dire lors d’une négociation salariale


10 choses à ne pas dire lors d’une négociation salariale

Comme tout augmente, votre pouvoir d’achat diminue graduellement avec le temps… à moins que vous réussissiez à bien renégocier votre salaire. Ce qui est plus facile à dire qu’à faire tellement il y a d’écueils à éviter.

Voici une dizaine de choses à ne pas dire en de pareilles circonstances :

Je sais que le moment n’est peut-être pas idéal

Si vous le savez, alors pourquoi en parler? Il se trouve que dans une négociation, le moment est capital, alors il est préférable d’attendre l’annonce de bons résultats financiers ou à tout le moins une bonne évaluation de vos performances avant de vous lancer.

Je travaille fort

Tout le monde travaille fort, mais performez-vous davantage qu’untel? Avez-vous davantage de responsabilités que tel autre? Voilà de bien meilleurs arguments.

J’ai fait tout ce qu’on m’a demandé

« …et on vous a payé ce qui était entendu », sera probablement la réponse que vous récolterez. Avant d’en demander davantage, commencez par en offrir davantage. Vous serez plus crédible.

Je le mérite

C’est déjà mieux, mais encore vous faut-il le prouver. Vous vous basez sur quoi au juste? Les améliorations que vous avez apportées à l’entreprise? Le contrat que vous avez récemment décroché? L’augmentation des ventes, laquelle vous est en grande partie attribuable?

Je travaille ici depuis longtemps

Dans le privé, vous n’êtes généralement pas payé selon votre ancienneté, mais selon votre expertise. Si vous voulez jouer cette carte-là, parlez plutôt de vos années d’expérience et démontrez votre plus-value.

J’ai appris qu’untel gagnait 10 % de plus que moi

C’est peut-être parce qu’il vaut 20 % de plus que vous. Votre négociation salariale doit dépendre d’abord et avant tout de votre performance et non de celle de vos collègues.

J’ai besoin d’une augmentation parce que…

Les facteurs externes n’ont absolument rien à voir avec votre rétribution. Vous venez de divorcer et vous vous retrouvez avec une pension alimentaire à payer? Une augmentation de salaire serait évidemment la bienvenue, mais quel message passez-vous au juste? Que vous valez davantage quand vous êtes célibataire que lorsque vous êtes en couple?

Le minimum que je suis prêt à accepter est…

Si ce minimum est 5 %, pourquoi vous offrirait-on 10 %? Commencez par demander une augmentation, puis allez en chercher le plus possible selon la réponse que vous obtiendrez.

J'accepte!

Dans le même ordre d’idées, accepter la première offre que l’on vous fait – le fameux « un tien vaut mieux que deux tu l’auras » – vous pénalise par rapport à ce que vous auriez pu obtenir en négociant réellement.

Soit vous m’augmentez, soit je démissionne

Voilà une carte extrêmement risquée qu’il ne faut jouer qu'en dernier recours. Pensez bien que si l’entreprise songe à faire des coupures prochainement, il est préférable de laisser partir l’employé qui effectue ce type de chantage qu’un autre qui performe autant et qui tient réellement à son emploi.

Chose certaine, cette stratégie fonctionne toujours… soit vous réussirez à négocier votre salaire à la hausse, soit vous irez le négocier ailleurs.


Vous avez aimé cet article ! Nous vous invitons à lire les articles suivants :

conseil emploi 35 préparation 26 salaire 7 négocier 4 conseil 40

Actualités




Vous désirez en savoir plus ?