7 conseils pour quitter son emploi de façon professionnelle


7 conseils pour quitter son emploi de façon professionnelle

Vous quittez votre emploi et êtes convoqué à une rencontre de fin d’emploi? Quoi dire, quoi ne pas dire? Voici quelques conseils :

Lorsqu’un superviseur ou un membre de l’équipe de ressources humaines désirent vous rencontrer avant votre départ de l’entreprise, c’est pour connaître les raisons de votre démission et souvent ainsi afin de mieux cerner les domaines où l’organisation se comporte bien et ceux qui gagneraient à être améliorés. C’est un moyen de confirmer les exigences liées au poste de l’employé (compétences, expériences et qualités) et de profiter de vos connaissances. Il peut s’agir d’un entretien en personne, d’une conversation téléphonique ou d’un questionnaire à remplir.

On vise ainsi à améliorer les pratiques de gestion des ressources humaines et, éventuellement, d’accroître la rétention du personnel. Pour une simple et bonne raison : les démissions représentent des pertes financières importantes pour les entreprises puisque les coûts du processus d’embauche et de formation d’un nouvel employé équivalent au moins au salaire annuel de l’employé démissionnaire.

Décliner, tu éviteras

Si l’employé est libre de refuser de participer à une entrevue de départ, il ne doit pas oublier que le monde du travail est petit. Une absence peut être interprétée comme une preuve de mauvaise foi et être mal vue par de futurs employeurs.

Négocier, tu t’abstiendras

En offrant votre démission, vous mettez fin à la relation professionnelle. L’occasion ne devrait donc pas servir à la négociation afin d’obtenir de meilleures conditions de travail. Une nouvelle entente ne servirait probablement qu’à décaler le départ de quelques mois.

Remercier, tu feras

Cette entrevue de départ vise à rester en bons termes. D’une part comme de l’autre, on veut assainir les relations et valoriser les aspects positifs de la collaboration passée. Profitez donc de l’occasion pour faire connaître votre satisfaction face à l’expérience de travail acquise au sein de l’entreprise et auprès de votre superviseur. L’entretien de démission est le moment idéal pour remercier l’employeur de la confiance accordée tout au long de l’emploi.

Bilan, tu demanderas

Vous leur avez lancé des fleurs, maintenant il est juste de leur demander un bilan sur le travail que vous avez effectué pour l’entreprise, les compétences que vous y avez acquises et celles à améliorer.

Professionnel, tu resteras

Préparez-vous à cette rencontre en dressant une liste des éléments que vous aimiez — ou non — accomplir au sein de votre poste. L’entretien de démission permettra ainsi d’expliquer les raisons qui ont mené à votre démission.

Honnête, tu seras

À la question qui tue, pourquoi partez-vous? Soyez honnête en disant la vérité, mais gardez-vous une petite gêne.  Présenter les raisons positives qui ont mené à votre décision : occasion d’emploi intéressante, souhait de découvrir un nouvel environnement, etc. Ne vous laissez pas submerger par l’amertume que vous pouvez ressentir face à votre superviseur ou son mode de fonctionnement. Restez dans le positif. Démissionner, ce n’est pas abandonner son ancien poste, mais plutôt entrer dans une démarche de repositionnement et avoir envie d’évoluer professionnellement.

Constructifs, seront tes commentaires

L’heure est au bilan et aux remerciements, pas aux règlements de comptes. Ayez à l’esprit que ce que vous pourriez dire au sujet de votre responsable et de vos collègues pourrait venir à leurs oreilles. Les dénigrer lors de votre entretien de départ pourrait nuire à une future recommandation. Partagez les impressions et commentaires qui vous semblent utiles pour l’entreprise. Il est plus judicieux d’aborder les problèmes de manière à vouloir aider l’entreprise à s’améliorer.

Bonne continuation!


Nous vous invitons à lire les articles suivants :

quitter emploi 17 conseil 44 départ 1

Actualités




Vous désirez en savoir plus ?